Tips and Tricks

Voyager autrement

Aujourd’hui, j’avais envie d’aborder avec vous un sujet qui me tiens à coeur : le tourisme responsable ou durable. J’en parlerai plus dans mes futurs articles, mais je voulais simplement commencer par écrire un petit article pour vous pousser / aider / inspirer à voyager autrement en évoquant différentes notions du tourisme responsable. 

Tourisme responsable : Holi festival en Inde
Photo by Yogendra Singh from Pexels
L'heure du changement

J’ai le sentiment qu’une nouvelle génération s’impose peu à peu, une génération plus consciente des enjeux sociaux et environnementaux, ou du moins plus active : on veut se faire entendre, on veut jouer un rôle, on veut faire bouger les choses. Et cette envie s’illustre également dans la manière de voyager.

Notre vision du monde est celle d’un monde uni, sans frontières. Il n’y a plus vraiment de limites, si ce n’est celles que l’on s’imposent psychologiquement. 

Ce dont on a envie désormais, c’est partager, s’ouvrir au monde et découvrir de manière responsable et équitable. On veut de l’authenticité et de l’équité.

 Et, toutes ces notions, qui me tiennent à coeur, on les retrouve dans ce que l’on appelle le tourisme « responsable » ou « durable »

Le tourisme autrement

Le tourisme prend peu à peu un nouveau tournant, cela fait quelques années déjà que le changement est amorcé. On ne veut plus d’un pack tout compris pour rester enfermé toute la semaine dans un hôtel grand luxe, alors qu’à 200m de là, les locaux sont sous-exploités et ne voient jamais la couleur de tout cet argent dépensé. Ça c’est fini. 

On veut découvrir une autre culture, partager et apprendre avec ceux qui nous entourent, vivre une véritable expérience humaine, respecter la nature et les populations, on veut ressortir grandi de nos voyages. On veut que chaque voyage change notre vision du monde. Que chaque voyage nous donne encore plus envie de protéger la richesse naturelle, culturelle et humaine de notre planète.

Finis le tourisme de masse, les séjours aseptisés, les voyages sans goûts, qui n’ont d’intérêts que pour que pour celui qui les vend. Un voyage, c’est une exploration, une découverte d’un pays, d’une région, d’une population, mais aussi de soi. Et ce voyage, on veut le faire dans le respect le plus total de ceux qui nous accueillent. 

« Voyager, c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à découvrir, c’est vous. »

Oliver Föllmi

Ça, c’était pour mon ressenti personnel, maintenant passons aux choses concrètes ! Alors, ça veut dire quoi voyager autrement ? 

Ce contenu vous intéresse ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux préférés !

Cliquez pour partager :

1. Le tourisme durable, c'est quoi ?

Pour l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le tourisme durable est “un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil”.

En fait, ce sont les principes du développement durable qui sont appliqués au tourisme. C’est-à-dire que le développement économique et touristique se fait dans le respect de l’environnement, des populations et des cultures des pays visités.

Différentes branches du tourisme durable se sont développées au fil des années : social, solidaire, équitable, éthique, etc. Les frontières entre ces types de tourisme sont toutefois parfois compliquées à comprendre. 

Certaines entreprises n’hésitent pas à surfer sur la tendance pour proposer du « tourisme durable » plutôt approximatif et/ou trompeur. En tant que voyageurs, c’est à nous d’être vigilants, de ne pas se laisser bercer par les belles paroles, mais de bien s’assurer des preuves de ces bonnes intentions

2 - Voyager autrement

Le tourisme durable vous parle et vous voulez voyager autrement. Alors comment on fait concrètement ?

Je vous ai listé ci-dessous quelques grands principes, quelques exemples d’actions simples pour vous permettre de participer à un tourisme plus respectueux. Vous allez voir, au final, il n’y a rien de compliqué !

1. S'intéresser aux enjeux du tourisme durable

Le fait de s’intéresser, de se sensibiliser au tourisme durable, c’est déjà un grand pas en avant !

Essayez de comprendre les différentes branches de ce tourisme pour vous permettre d’avoir une vision plus large et plus claire à son sujet. Il y a énormément de notions et de principes qui ne nous viennent pas forcément en tête, mais qui semblent si évidents une fois que l’on en a pris conscience ! 

Personne, vraiment personne, n’est parfait, mais le fait d’essayer, d’apprendre, de changer une habitude c’est utile. Chaque petit geste à un impact !

C’est ce que le tourisme responsable veut nous apprendre en mettant l’accent sur la responsabilité des entreprises et la sensibilisation des touristes pour les encourager à avoir une démarche plus respectueuse de la nature et des Hommes.

C’est là toute la subtilité entre le tourisme durable et le tourisme responsable, car dans le dernier vous êtes responsable, vous agissez volontairement en faveur de la philosophie du tourisme durable.

2. Laisser ses préjugés de côté

Le voyage favorise l’ouverture d’esprit, il nous apprend la tolérance. Il nous permet d’avoir une nouvelle vision du monde, des « étrangers » mais aussi de nous. C’est ça la plus grande expérience du voyage : il nous pousse à avoir un regard extérieur sur nos propres comportements et nos pensées.

La manière dont nous vivons est-elle la seule valable ? La seule bonne façon de faire ? Bien sûr que non. 

Avez-vous déjà été dérangé ou même choqué par le comportement d’un « étranger » dans votre pays ? N’avez-vous jamais considéré comme « bizarre » une coutume particulière dans un pays étranger? Ne pensez-vous pas que ce même « étranger » sera choqué par VOTRE comportement chez lui, ou bien trouvera vos habitudes bizarres ? 

Et oui, chacun à sa vision du monde, chacun à grandi dans un environnement, une culture particulière. Vous et moi, nous ne sommes que de petits êtres sur cette belle et grande planète composée de tant d’autres hommes et femmes qui vivent et/ou pensent différemment de nous… Et c’est bien pour ça qu’ils ont beaucoup à nous apprendre !

Notre plus grande force ne serait-elle pas de pouvoir s’inspirer des cultures que l’on rencontre pour faire de nous un meilleur humain ? 

Allez vers les autres, non pas avec des préjugés, mais avec grande curiosité. Cette tolérance et cette ouverture ne pourra que vous offrir une immense richesse intérieure ! 

Voyager autrement, c’est aussi penser autrement.

 » Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. »

Marcel Proust

3. Ne pas imposer sa vision du monde et respecter les coutumes

Ce deuxième point se rapproche du précédant en mettant un peu plus l’accent sur les actes.

Voyager autrement c’est aussi agir autrement.. 

Vous arrivez en terre inconnue. Que vous partiez très loin ou simplement dans un pays voisin, cela ne change rien. Rien ne vous est dû du fait de votre statut, culture, religion, origine, etc. Vous êtes accueilli dans une partie du monde et donc c’est à vous de vous adapter. 

C’est donc à vous de vous renseigner sur les us et coutumes d’un pays ou d’une région avant votre départ ! Voilà pourquoi la préparation d’un voyage est si importante.

La manière de saluer, de s’habiller, de manger, de se loger, la religion, les croyances… Tout ceci est très important. Soyez curieux, ouverts et respectueux !

Tourisme responsable : respecter les coutumes

Et n’oubliez pas d’apprendre la langue parlée sur place. ll ne s’agit pas de devenir polyglotte bien sûr, mais apprendre des mots de vocabulaire est le minimum à faire. Cela montre que vous vous intéressez, que vous faites des efforts pour vous intégrer ! L’anglais c’est bien, mais c’est loin d’être suffisant. Ne partez pas en pensant que tout le monde fera l’effort de vous comprendre, si vous ne faites pas d’efforts de votre côté.

4. Payer le prix juste

Ne pas vouloir tirer le prix toujours plus bas, mais savoir aussi reconnaître un prix exagéré, pas facile hein… D’où l’importance d’une bonne préparation en amont encore une fois : pour pouvoir comprendre et s’adapter au niveau de vie local. 

Le niveau de vie n’est pas égal partout, il est donc primordial de prendre connaissance des tarifs du « marché » afin de payer de manière juste. Par exemple, dans un pays au niveau de vie plus bas que celui de la France, vous ne pouvez devez pas donner un pourboire qui équivaut à un mois de salaire sur place… Même si vous pensez bien faire, ceci crée un grand déséquilibre au niveau local et une relation malsaine entre la population locale et les touristes.

Toute la complexité réside dans le fait de trouver le juste-milieu pour ne pas sous-payer mais ne pas non plus surpayer.

Tourisme responsable : payer le prix juste.

Questionnez-vous également sur les tarifs des voyageurs qui paraissent bien bas pour certaines destinations… L’argent a bien dû être enlevée quelque part avant et vous vous en doutez, le plus souvent, c’est au détriment des acteurs locaux. Ne soyez pas timide, demandez franchement comment est réparti l’argent du voyage entre les différents intermédiaires (français et locaux).

Tout ceci est le coeur du tourisme équitable et du tourisme solidaire, qui s’assurent que les revenus générés par le tourisme sont reversés justement aux populations locales et qui impliquent directement ces populations dans la création de séjours, activités ou services…

5. Respecter et protéger l’environnement

Bien sûr, le respect de l’environnement est l’un des piliers de l’éco-tourisme ou du tourisme vert, dont le but est de faire prendre conscience du besoin de préserver la richesse naturelle et culturelle d’un espace. Il y a plusieurs manières d’agir en ce sens :

 

  • S’immerger dans la nature (sans la déranger!)

Nombreux sont les séjours proposés qui nous invitent à nous immerger dans la nature afin de nous sensibiliser : dans une cabane au fond de la forêt, à la découverte des plantes ou des animaux, des trésors naturels d’une région… Respect, logique et réserve sont de mise pour ne pas troubler l’environnement dont vous profitez. N’allez pas essayer d’attirer ou de vous approcher d’un ourson dans les forets slovènes, ce n’est une bonne idée ni pour lui, et encore moi pour vous, on est d’accord ;).

La nature ne doit garder aucune trace de votre passage.

  • Limiter et trier ses déchets

Certains pays n’ont pas le même système de gestion de déchets que nous, le meilleur reste donc de limiter son apport de déchets dans un pays et de s’assurer de les trier du mieux possible en respectant les consignes locales. 

Protéger la nature à travers le tourisme vert : foret verte et arbres immenses
  • Gérer sa consommation d’eau

L’eau est une ressource très précieuse. Attention donc à n’utiliser que le nécessaire et de ne pas la polluer. Utilisez des savons biodégradables, éloignez-vous des points d’eau pour faire vos besoins ou votre toilette.

  • Préserver la nature

Soyez attentifs aux consignes et aux règles communiquées dans les espaces protégés, ne prélevez pas de souvenirs naturels, ne dénaturez pas un espace par votre présence.

6. Se rapprocher des populations locales

Tout comme le préconise le tourisme solidaire et équitable, favorisez la population locale pour un maximum de chose : l’hébergement, les restaurants, les activités, les souvenirs… Quoi de plus agréable que de loger dans un petit hôtel de charme ou un gîte de famille ? C’est comme ça que vous rencontrerez réellement la population.

Utilisez plutôt les transports locaux, payez un guide du coin pour vous faire visiter la ville, faites votre shopping chez les artisans, c’est le meilleur moyen de s’assurer que c’est à eux que bénéficie votre argent. 

Le tourisme solidaire a pour principe de créer des voyages main dans la main avec les populations locales dans le respect des personnes, des cultures et de la nature, et s’assure ainsi de l’équitable répartition des ressources générées. 

À travers ce tourisme, des liens sains sont créés avec les locaux et il permet de s’immerger réellement dans la culture locale. Vivre une expérience unique main dans la main avec les locaux, c’est ça voyager autrement.

« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. »

Alexandra David-Néel

7- Savoir se contenter de l’essentiel

Voyager autrement, c’est aussi changer ses habitudes. 

Notre culture est relativement matérialiste. On arrive à nous convaincre qu’on a besoin d’une dixième paire de chaussures, de ce nouveau produit de beauté révolutionnaire… Satané société de consommation ! On pense, souvent à tort, que l’on a besoin de tel ou tel objet…

Faites le test : mettez dans une boite, tous les objets et vêtements que vous n’avez pas utilisé ces 30 derniers jours et laissez les caché pendant 1 ou 2 mois. Alors ils vous ont manqués ? Vous en avez eu besoin ? Non ? Alors vendez ou donnez ! Cela fera des heureux. 

Votre richesse ou votre bonheur ne réside pas dans la possession d’objet. 

Il est important de bien réfléchir à l’usage de chaque chose que vous transportez. Ne prenez que ce dont vous avez réellement besoin !  

  • Premièrement car, moins vous prendrez de choses dans votre valise, moins elle sera lourde et moins vous paierez cher si vous prenez l’avion !
  • Deuxièmement, diminuer le poids de votre valise ça aide aussi à diminuer nos émissions de CO2, puisque vous êtes moins lourd à transporter. 
  • Ensuite, plus il y a de place dans votre valise plus vous pourrez la remplir de souvenirs de votre séjour, en rapportant des produits authentiques que l’on ne trouve nul part ailleurs !

Voyager autrement, c’est aussi apprendre à se contenter du minimum. Apprendre à s’adapter à la manière de vivre de certaines populations, certaines personnes. Un toit, à boire, à manger, que voulez vous de plus ? 

Mon expérience personnelle...

Je me souviens notamment d’une famille rencontrée en Turquie, sur les côtes de la Mer Noire. Avec mon copain, nous sommes tombés par hasard sur un grand campement en voulant accéder à la plage. Une famille vivait là, au bord de la plage, sous les arbres. Ils dormaient dans des tentes et s’étaient crée un campement avec leurs affaires et de la récup’. Nous avons été accueillis comme nul part ailleurs, les bras grands ouverts et avons passés un week-end magique au sein de leur famille. Ils n’avaient pas grand chose mais nous n’avions besoin de rien de plus, juste passer du temps avec eux, partager, échanger, rien de plus.

« Tout voyage est une agression. Il vous contraint à faire confiance à des inconnus et à perdre de vue le confort familier du foyer et des amis, on est en perpétuel déséquilibre. On ne possède rien en dehors de l’essentiel – l’air, le sommeil, les rêves, la mer, le ciel – toutes choses qui tendent à l’éternité ou du moins à ce que nous en imaginons »

Cesare Pavese

8. Voyager autrement c'est être acteur de son voyage

Voyager autrement c’est mettre la main à la pâte. Vous voulez agir ? Tournez-vous vers le tourisme participatif ou humanitaire !

Découvrez une région du monde en participant activement à la vie locale. Que ce soit simplement passer une journée à visiter une ville avec une personne du coin, travailler avec les locaux sur un projet de développement local ou apporter de l’aide et/ou votre savoir pour améliorer les conditions de vie sur place… 

Cela vous permet de nouer d’avantage de liens avec les acteurs locaux, car vous vivez avec eux et comme eux !

 

voyager autrement en faisant du tourisme participatif
Photo de Rodolfo Quirós from Pexels
  • Passez un séjour dans une ferme et donnez un coup de main en échange de l’hébergement. Gagnant-gagnant !
  • Donnez des cours dans une école ou même aidez à la construction de cette école
  • Logez simplement chez l’habitant, grâce au Couchsurfing notamment.

Ce type de tourisme permet d’impliquer les visiteurs dans la vie locale et de faire participer les locaux dans le développement touristique de local. Une recette gagnante permettant de vivre une expérience authentique dans le respect des populations locales.

Si vous souhaitez en savoir plus je vous conseille également de lire la charte du voyageur responsable.

Ou encore, d’en apprendre plus sur le tourisme durable sur le site de l’ATD ou bien de l’ATR.

Que ce soit en vacances à l’autre bout du monde ou tout près de chez vous, vous pouvez faire un geste en faveur du tourisme durable. On peut, chacun à notre échelle, agir pour un tourisme plus responsable et respectueux de la nature et des populations.

Et vous, comment avez-vous envie de voyager aujourd’hui ? 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.